Réaliser un bac d’anodisation

 

Dans ce tutoriel, nous allons voir comment réaliser un bac d’anodisation pratique et efficace. Nous allons aussi passer en revue les équipements nécessaires, les bonnes pratiques, les bons matériaux.

(Consultez notre tutoriel La sécurité : Pas de paranoïa ! )

Cette vidéo est un très bon complément à ce tutoriel :

 

Avant de parler de la réalisation du bac, il faut que vous déterminiez quelques points très simples :

1/ Quel volume ?

Il est évident que celui qui fabrique des bijoux n’aura pas les mêmes besoins que celui qui customize des grosses cylindrées ! Mais la taille de la plus grosse pièce que vous pensez anodiser un jour n’est pas le seul paramètre à prendre en compte !

  • Le nombre de pièces par anodisation : S’il est important pour vous que les pièces que vous allez anodiser soient strictement identiques, il est préférable de les traiter ensemble. Par exemple, si vous voulez anodiser les pièces de votre moto, votre bac devra être capable de contenir non pas une mais vos deux poignées (freins et embrayage).

La raison en est simple : De légères variations tout au long de la ligne d’anodisation peuvent induire des nuances dans le résultat.

Un temps plus long dans le bain de soude peut rendre une pièce plus satinée qu’une autre,

En phase d’anodisation, quelques degrés en plus ou en moins vont changer la construction de la couche anodique, qui de ce fait, sera plus ou moins sensible au colorant,

Pour la coloration justement, quelques degrés ou quelques secondes d’immersion de plus ou de moins, peuvent donner une nuance légèrement différente.

Cumulez des écarts importants sur ces trois points et vous pouvez avoir de franches différences de résultat !

Donc, la règle est que les pièces appairées ou assemblées doivent être préparées, anodisées, colorées et colmatées ensemble.

  • Un bain “trop juste” va demander un refroidissement plus efficace : Il vaut mieux augmenter un peu le volume du bain, car il faudra moins d’efforts pour le refroidir.

Admettons que vos pièces tiennent “correctement” dans un bac de 3 litres, un bac du double de volume sera beaucoup plus simple à refroidir. C’est important, car le refroidissement est contraignant, alors que l’acide et l’eau déminéralisée ne coûte pas cher. Bien sur, il ne faut pas tomber dans les extrêmes, mais même si un verre permet d’anodiser une bague, un bain de 3 litres sera bien plus performant pour le faire !

  • Pensez à l’emplacement : Arrangez-vous pour que votre bac soit dans un endroit facile à gérer… Avoir un évier à proximité n’est pas indispensable, mais beaucoup plus pratique.

Laissez de la place pour pouvoir rincer vos pièces à proximité de votre bain d’anodisation sans avoir à traverser votre atelier. Moins vous aurez à “promener” vos pièces suspendues à un support, plus ce sera simple !

 

La matière du bac :

 

Le Polypropylène (PP) sera le bon choix pour le bain d’anodisation mais aussi pour tous les autres ! Ca tombe bien, car il est très répandu… Ses principales qualités sont :

  • Totalement résistant et compatible avec toutes les bases et acides des bains d’une ligne d’anodisation (Tout du moins avec les produits ANODI et la soude à la dissolution 1/6),
  • Résiste très bien à la chaleur : il ne commence à fondre qu’à 160°C. Cependant, ce n’est pas une marmite ! Nous recommandons donc de ne pas utiliser nos bacs pour le colmatage ! C’est d’ailleurs sans intérêt, car monter 100°C avec un thermoplongeur n’est pas aisé…
  • Ne casse pas, ne se déchire pas et reste très stable dans le temps,

Pour reconnaître le Polypropylène, c’est simple, les bacs portent ce symbole :

 

Résultat de recherche d'images pour "polypropylene symbole"

 

Le volume et la forme :

 

Nous l’avons vu, le volume dépend de la taille de vos pièces… La forme aussi !

Je préfère pour ma part les bacs rectangulaires, mais pour de petites pièces, il est possible de travailler avec un seau cylindrique.

Il est toujours bon de disposer d’un “double bac” : D’une part, C’est toujours un bon système de refroidissement qui ne coûte pas cher, et d’autre part, vous le vidangez quand vous n’anodisez pas et il vous sert de “sécurité”… Donc, quand vous choisissez votre bac, choisissez en même temps le double bac.

Résultat de recherche d'images pour "bac pp"

Un exemple de bac en PP…

 

Bac plastique gerbable avec couvercle E-Line 600x400x340 mm 60 lt

…et un autre

 

Sur les croquis ci-dessous, nous allons voir une installation typique. Vous avez trouvé 2 bacs qui peuvent se monter l’un dans l’autre. En bleu le bac de refroidissement, en rouge, le bac d’anodisation :

Nous allons les découper pour expliquer ce qui suis…

Le premier point est que le bac d’anodisation ne soit pas directement posé au fond du bac bleu. L’échange thermique se fait par les parois et le PP n’est pas ce qu’il existe de mieux comme conducteur de la chaleur… Aussi, plus il y aura de surface de contact, meilleur sera l’échange !

C’est pour cela que le bac d’anodisation est posé sur des cales (en marron) :

Voici à peu prêt les volumes à respecter pour les niveaux. En jaune, le niveau d’électrolyte dans le bac d’anodisation et en verre, le niveau d’eau du bac de refroidissement :

Je vous conseille de monter une vidange sur le bac de refroidissement. Plus vos bacs seront volumineux, plus cette vidange vous rendra service ! Déjà, si vous laissez de l’eau dans le bac de refroidissement, à la longue elle va croupir…

Ensuite, si l’eau du bac de refroidissement sert à refroidir le bain d’anodisation, elle va du même coup se réchauffer ! La solution simple pour la refroidir est de rajouter des glaçons, mais si cela ne suffit pas, il peut être utile d’en vidanger une partie pour la remplacer par de l’eau froide.

Dernier point, si vous comptez utiliser une pompe pour refroidir l’acide, je vous recommande d’aspirer l’électrolyte sous son niveau : L’intérêt est que si vous avez une pompe qui n’est pas auto-amorçante, vous êtes sûres qu’elle ne tournera pas à vide. Idéalement, placez l’aspiration entre les deux niveaux, ce qui vous permet de traverser le bac de refroidissement sans problème d’étanchéité.

 

Le rapport pièces/volume :

 

Il faut ménager de l’espace entre les pièces, les cathodes et le fond du bac.Si l’on regarde le bac de dessus, le rapport 3/4-1/4 est une bonne solution. Imaginons que le bac d’anodisation est transparent et que le bloc rouge représente la zone d’immersion des pièces. Voici la répartition des volumes :

En vue de dessus :

Attention, ce n’est pas au millimètre… Mais essayez de respecter à peu prêt ces proportions.

 

Plaçons les accessoires :

 

  • Le thermomètre ou la sonde de température : Contrairement à ce qui se fait souvent, préférez relever vos températures au milieu des pièces plutôt que sur les côtés.

Que vous ayez un thermomètre électronique et que vous preniez la température de votre bain à la main, ou que vous laissiez en permanence tremper une sonde de température ou un thermomètre traditionnel, la température qui compte, c’est celle à proximité de vos pièces ! Si votre moyen principal de refroidissement est un système de double bac comme ci-dessus, il ne serait pas étonnant d’avoir de grosses différences de température entre le liquide à proximité des parois du bac d’anodisation et au milieu de vos pièces !

Si par exemple vous contrôlez vos températures avec un thermomètre que vous laissez en permanence dans votre bain, accrochez-le sur le support de vos pièces.

  • Le système de brassage : Ces écarts de température du bain peuvent prendre des proportions étonnantes…

Quand l’intensité d’anodisation est importante (à partir de 4 ou 5 A) et que le point de contact entre la fixation et la pièce est petit, il est possible de constater des températures de l’ordre de 60° à 80° à proximité de la liaison pièce/support. Cela risque de chauffer l’électrolyte autour du point de contact et de ce fait de provoquer des défauts d’aspect. C’est pour cela qu’un brassage est nécessaire : Il est très important que la température du bain soit homogène ! Placez le système de brassage dans un des angles : Il n’est pas indispensable qu’il soit dirigé directement sur les pièces, le fait qu’il créé un courant permanent dans le bain sera suffisant

  • Le bullage : C’est un bon moyen de brassage et cela participe aussi au refroidissement. Les bulleurs d’aquarium ne sont pas très chers et contrairement à votre compresseur d’atelier, ils produisent un air sans aucune trace d’huile.

Il est assez simple de réaliser un système de bullage efficace avec une pompe à air d’aquarium et un tuyau en plastique disposé en serpentin au fond du bac. Mais ne faites pas de jolies petites bulles : préférez de gros bouillons ! Astuce : Utilisez du plomb pour bloquer le tuyau du bulleur dans la forme qui vous convient au fond du bac. Je vous recommande de consulter le tutoriel Bullage et compresseur d’air

  • Le serpentin de refroidissement : Si vous utilisez un refroidissement par échangeur eau/eau, consultez le tutoriel sur le choix et le montage des systèmes de refroidissement, Le refroidissement du bain d’anodisation

 

Le support de pièces :

 

Il est important de disposer d’un support de pièces qui soit adapté au bac que vous avez choisi. Vous avez un tutoriel totalement dédié à ce sujet : Les supports des pièces

 

Voila, vous savez maintenant tout ce qu’il y a à savoir pour réaliser un bac d’anodisation efficace !

Vous trouverez ICI les accessoires pour réaliser une ligne d’anodisation performante.

 

Bonnes anodisations et à bientôt 😉

avril 9th, 2018 by